Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

AMBITION BIO 2017 : un programme régional pour développer la filière

Le programme régional « Ambition Bio 2017 » a été signé le 30 octobre par les partenaires : Etat, Région, Agences de l’Eau, Chambres d’agriculture et FRAB (Fédération régionale de l’agriculture biologique). Il constitue la feuille de route de Champagne-Ardenne pour le développement de l’agriculture biologique comme l’a rappelé Sylvestre CHAGNARD, DRAAF.

C’est chez Jérôme et Cécile OUDART, à Brugny Vaudancourt près d’Epernay, que s’est déroulée cette signature à la suite de la visite de l’exploitation convertie en bio depuis 2003 (93 ha). Le couple a petit à petit développé l’élevage (vaches jersiaises, poules pondeuses, porcs) et vend en direct tous ses laitages (lait, beurre, crème, fromages...). Sa viande qualité bio est vendue à Huguier et à la Sobevir sans l’appellation AB. Il propose aussi une pension de retraite pour chevaux. Toutes ces activités continuent de se développer de manière maîtrisée avec la construction de la première porcherie bio  de la Marne pour une cinquantaine de porcs et d’un bâtiment pour l’engraissement des bœufs et le stockage. L’exploitation leur permet d’employer 3 personnes à temps plein.

LE PROGRAMME AMBITION BIO 2017 DU MINISTERE DE L’AGRICUTURE, DE L’AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET C’EST :

  • Un objectif général de doublement de la part des surfaces en bio d’ici fin 2017 associé à un objectif ambitieux de développement continu et durable de la consommation.
  • Un nouvel élan au développement équilibré et à la structuration de toutes les filières qui vise à mobiliser tant les acteurs de la production, de la transformation et de la commercialisation que les citoyens.
  • Un programme élaboré en concertation étroite avec l’ensemble des acteurs concernés, fruit d’une dynamique initiée par l’État et les Régions.
  • La mise en place d’une nouvelle gouvernance, reflet de l’implication des acteurs concernés aux niveaux régional et national, pour le développement de l’agriculture biologique en France.
  • Un programme global d’actions qui s’inscrit pleinement dans le projet agro-écologique pour la France "Agricultures : produisons autrement".

Le programme Ambition Bio 2017 concerne toutes les régions, y compris les DOM.

Il s’articule autour de six axes qui visent à mobiliser tous les acteurs du bio :

  • Axe 1 : développer la production,
  • Axe 2 : structurer les filières,
  • Axe 3 : développer la consommation et conquérir des marchés,
  • Axe 4 : renforcer la recherche, son pilotage et la diffusion des résultats,
  • Axe 5 : former les acteurs agricoles et agroalimentaires,
  • Axe 6 : adapter la réglementation.

En savoir plus : agriculture.gouv.fr/ministere/programme-ambition-bio-2017

L’AB EN CHAMPAGNE-ARDENNE :

L’agriculture biologique en Champagne-Ardenne représente aujourd’hui plus de 20 000 ha mis en valeur par plus de 500 exploitations. Si elles représentent tout juste 2 % des exploitations de la région, le nombre des exploitations agricoles et viticoles bio ne cesse de s’accroître.

Elisabeth MERCIER, présidente de l’Agence Bio (agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique), présente à la signature du programme Ambition Bio Champagne-Ardenne, était heureuse d’annoncer les bons chiffres 2015 : « En France, il y a 42 000 acteurs de l’agriculture biologique, et en 2015, 3 400 agriculteurs de plus se sont lancés dans la conversion bio. En Champagne-Ardenne ils sont 65. Nous constatons une véritable amplification de la dynamique de développement de l’agriculture biologique. » Cette tendance représente plus 8 % de fermes et plus 10 % de surfaces agricoles utiles à juin 2015 en France. Le vignoble français totalise 8 % des exploitations bio. Pour la Champagne-Ardenne, Sylvestre CHAGNARD, DRAAF, constate que les 65 fermes en conversion représentent le cumul des trois années précédentes.

Quant à la vente des produits bio « on est loin du dogmatisme d’il y a dix ans, car les consommateurs achètent dans différents points de vente » affirme Elisabeth MERCIER qui révèle que 50 % de ces produits sont vendus en grandes et moyennes surfaces ; 37 % en magasins spécialisés bio ; 10 % en vente directe ; 3 % chez les détaillants (bouchers, primeurs…). Toutefois, un agriculteur bio sur deux vend en direct sa production, même s’il s’agit d’une petite partie : un trait de caractère comme l’exprime Jérôme OUDART qui vend la totalité de ses laitages en direct : « Je suis paysan d’abord. La vente directe c’est la sincérité de la présentation du produit et de l’origine car on vend dans son environnement. »

L’autre spécificité de l’AB, c’est l’emploi avec 100 000 emplois directs en France générés par le bio, souvent dans des zones difficiles, ainsi c’est dans la Drôme et dans le Gers qu’il y a le plus de fermes bio (un millier dans la Drôme bientôt rattrapée par le Gers).

AMBITION BIO 2017 EN CHAMPAGNE-ARDENNE :

Une copie commune du programme Ambition Bio 2017 pour la Champagne-Ardenne a été validée le 7 juillet par la FRAB et les Chambres d’agriculture en présence de la DRAAF et du Conseil régional.

Le Président de la Chambre d’agriculture de Champagne-Ardenne, Régis JACOBE, se « félicite des travaux réalisés en commun qui ont permis d’aboutir à un plan d’actions partagé pour faciliter et accentuer le développement de l’agriculture biologique sur le territoire ».

Le programme Ambition Bio 2017 régional, officialisé le 30 octobre, lance :

  • le pôle d’information sur la conversion en AB,  permettant une concertation régionale sur les conversions au niveau régional
  • le comité technique expérimentation en AB, qui s'est instauré entre techniciens des Chambres d'agriculture de la région, ceux de Vivescia, d'Acolyance et de la FRAB au niveau régional
  • les guichets uniques conçus comme des plateformes de compétences partenariales entre les Chambres d’agriculture et la FRAB, au niveau départemental
  • la concertation entre les réseaux pour proposer une offre de formation plus complète et adaptée
  • une coordination régionale réglementaire pour faciliter la veille et la vulgarisation des évolutions sur le terrain.

L’occasion pour la FRAB (Fédération régionale de l’agriculture biologique) et la Chambre  d’agriculture de Champagne-Ardenne de rappeler combien il est important d’accompagner tous les agriculteurs, que ce soit sur le plan technique ou commercial. Les Chambres d’agriculture apportent leurs conseils techniques et leur expertise en vente directe. La FRAB informe sur la conversion, ses modalités et les aides possibles, et fait la promotion de cette forme d’agriculture.

Pour Didier PINCONNET, directeur territorial de l’Agence de l’Eau Seine Normandie : « la directive sur l’eau complète le plan Ambition Bio. C’est un signal fort aux agriculteurs bio : les fermes présentent sur les bassins de captage peuvent bénéficier d’une aide à la conversion pendant cinq ans et au maintien pendant cinq autres années. »

La Région Champagne-Ardenne encourage aussi l’AB avec plus de 800 000 € de soutiens financiers en 2015  pour les actions collectives de la filière, la certification AB, les investissements dans les exploitations et les repas bio en lycées. Jean-Paul BACHY, président de Région, en a profité pour annoncer que « enfin, ce matin le Programme de Développement Rural de la Champagne-Ardenne a été validé par l’Union Européenne » soit un fonds de 320 millions € pour le développement de l’agriculture et des territoires ruraux (dont 201 millions de FEADER) qui pourra être sollicité aussi par l’Agriculture biologique.

Dans la future grande région, il y a « une volonté commune avec les homologues d’Alsace et de Lorraine et une complémentarité » explique Gilles THOREY, vice-président de la FRAB, « il y a un observatoire de l’AB et des actions en restauration collective en Champagne-Ardenne ; des compétences en arboriculture, viticulture et maraîchage en Lorraine ; et l’Alsace a déjà un pôle conversion bio depuis plusieurs années ». D’ailleurs, Régis JACOBE a évoqué la nécessité « de renforcer les liens entre chambres d’agriculture pour aider les agriculteurs bio et adapter les schémas au terrain ».