Composts

Les flux rss du siteImprimer la page

Un compost est considéré comme un amendement organique. Constitué de matières organiques stables, il libère sur le long terme les éléments fertilisants des cultures tels que l’azote, le phosphore ou la potasse. Le compostage est un procédé de transformation biologique aérobie des matières organiques (boues d'épuration, déchets verts, Fraction Fermentescibles des Ordures Ménagères, effluents d'élevage...).

 

Le process de compostage se déroule en trois étapes :

  • Le mélange de matières organiques de différentes origines : boues, digestats de méthanisation, déchets  de l’agro-industrie, fumier ou lisier, associées en andains avec des structurants tels que des déchets verts. Pour que le compostage se réalise correctement, il est nécessaire de conserver un équilibre entre les proportions de matières organiques et de structurants d’environ 2/3 ;  1/3. Le structurant apporte du carbone et de l’oxygène au mélange.
  • La fermentation. Les matières organiques associées à l’oxygène engendrent une activation microbiologique. Cette activité se traduit par une montée en température, conséquence de la fragmentation et du réassemblage complexe de la matière organique par les micro-organismes. Pour garantir une fermentation optimale et empêcher la prolifération d’organismes pathogènes (salmonelles …),  des pics minimaux de température doivent être atteints. Pour les unités soumises à autorisation, la température minimale de fermentation est de 55°C sur une durée minimale de 72H. De même, des retournements successifs de l’andain permettent de continuer à alimenter en oxygène le mélange et de maintenir l’activité microbienne.
  • La maturation. Une diminution de l’activité bactérienne se traduit par une baisse de température. Les matières organiques se stabilisent.  Le compost obtenu est stable et hygiénisé.


> Consulter le guide sur le compostage destiné aux producteurs de boues d’épuration qui souhaitent faire composter leurs boues.

> Consulter le guide sur le compostage destiné aux agriculteurs qui souhaitent utiliser du compost

Réglementation sur le retour au sol des composts

1. Principaux textes réglementaires

Les plates-formes de compostage sont des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Conformément au décret du 29 octobre 2009, elles relèvent de la rubrique n°2780. Selon la nature des matières premières et les tonnages traités quotidiennement, elles sont soumises à :

 

Les composts produits doivent être homologués ou conformes à une norme d'application obligatoire :

  • NFU 44-095 (mai 2002) pour les composts issus de Matières d’Intérêt Agronomiques issues du Traitement des Eaux (MIATE), à savoir les boues urbaines et industrielles
  • NFU 44-051 (avril 2006) pour les composts issus de déchets verts et de matières organiques autres que les MIATE

Lorsque les composts ne respectent pas les normes, ils  restent des déchets. Ils sont alors épandus sur un plan d'épandage ou éliminés par d'autres voies (incinération, centre de stockage de déchets non dangereux…).

2. Déchets interdits au compostage

Le Code de l’environnement  (R211-29) stipule que les graisses de station d’épuration des eaux urbaines sont considérées comme un déchet dangereux. Ces déchets ne sont pas valorisables en agriculture.

Flux de matières organiques compostées en Lorraine

L’ADEME mandate la Chambre régionale d'agriculture Grand Est sur le suivi annuel des flux de matières organiques entrants et sortants des plates-formes de compostage. Les indicateurs connus sont la typologie des matières, leur origine géographique, leur origine de production, les quantités.

> Consulter la plaquette technique 2015 pour connaitre les flux 2015 de matières organiques compostées en Lorraine.

 

Cas spécifique des élevages :

Pour les élevages soumis à la législation des ICPE, une circulaire sur le compostage à la ferme complète l'arrêté du 7 janvier 2002. La plate-forme de compostage est considérée comme une annexe de l'exploitation à condition de ne traiter que des effluents d'élevage et des matières végétales brutes.