Les groupes 30 000

Les flux rss du siteImprimer la page

Les groupes 30 000 : une généralisation des savoir-faire du réseau DEPHY

Action majeure du premier plan Écophyto, DEPHY a permis de fédérer plus de 3 000 agriculteurs autour de la limitation de l’usage des produits phytopharmaceutiques. Les résultats obtenus au sein de ce réseau sont significatifs et démontrent que la réduction de l’usage de produits phytopharmaceutiques est possible. Constatant ce succès, le plan Écophyto II, lancé en 2015,  introduit un nouveau volet : les groupes 30 000.

L’idée est la suivante : un agriculteur engagé dans un groupe DEPHY doit permettre d’en entraîner 10, amenant ainsi à 30 000 le nombre d’agriculteurs engagés dans « l’agroécologie à bas niveau de produits phytopharmaceutiques ». 30 000 « c’est aussi la taille critique à partir de laquelle la suite du processus de transformation de l’agriculture française se fera par des mécanismes plus classiques de "diffusion par-dessus la haie" »[1].

Diffuser les savoir-faire acquis dans les groupes DEPHY, telle est donc l’ambition de ce nouveau volet. Le but des groupes DEPHY est de tester, démontrer et partager des solutions économes en produits phytosanitaires. Le but des groupes 30 000 est de les appliquer largement ces dernières . Le temps d’animation des groupes 30 000 se veut donc plus léger, sans pour autant revoir à la baisse les objectifs de réduction d’usage des produits phytopharmaceutiques.

Sur la région Grand Est, deux appels à projets, lancés en 2016 et en 2017, ont permis de sélectionner 44 groupes, fédérant plus de 400 agriculteurs.

La majeure partie des filières sont représentées. On retrouve des groupes en grandes cultures, en viticulture, et en horticulture.

Parmi les thématiques abordées, citons l’agriculture de conservation à bas niveau d’herbicides en grandes cultures, le renforcement de la biodiversité du sol en viticulture, ou encore l’utilisation d’auxiliaires de cultures en horticulture.

 

Pour découvrir plus en détail le fonctionnement de ces groupes, consultez les témoignages de :

Flora COUTURIER, animatrice d'un groupe 30 000 à la Chambre d'agriculture de l'Aube

Marie-Anne JOUSSEMET, animatrice d'un groupe 30 000 chez Est Horticole

 

 


[1] Dominique Potier, Pesticides at agro-écologie – Les champs du possible, novembre 2014, disponible ici